Blog


Le bio dans le marché du vin

labels

Plus qu’une simple tendance, le bio semble s’être inséré dans les pratiques quotidiennes des consommateurs français. Manger bio est aujourd’hui une évidence pour de nombreuses personnes et un souhait pour beaucoup d’autres. Que ce soit en grande surface, au sein d’enseignes spécialisées ou encore chez le maraicher et le primeur, l’offre de produit bio se développe de manière croissante corrélativement à la demande.

Cependant, comment savoir si les produits qu’on nous propose répondront à nos attentes ? De manière générale, les néo-keynésiens mettent l’accent sur l’imperfection de l’information et traitent surtout du cas particulier de l’information asymétrique qui désigne la situation où un seul des deux agents se livrant à la transaction dispose d’une information complète. Le label est alors la solution idéale. Le consommateur a confiance dans la qualité biologique du produit qu’il consomme dans la mesure ou une institution externe a apposé un label.

Néanmoins, quelles informations ce label donne-t-il au consommateur ? Dans le monde du vin de multiples labels existent : Nature et progrès, AB, Demeter, biodyvin, bio cohérence, Terra Vitis … Cette liste (non exhaustive !) permet de montrer la densité actuelle des labels visibles sur ce marché. Or, tous ces labels ne se valent pas et ne sont pas synonymes d’une qualité biologique indéniable !
Ainsi, un vigneron voulant obtenir le label AB devra prouver seulement le caractère biologique de sa production de raisin. Les étapes relatives au travail en cave ne sont pas ou peu prises en compte par les autorités de labélisation (depuis 2012, le critère bio de la vinification est pris en compte). Autrement dit, ce label assure simplement l’absence de conséquence négative du processus de viticulture et l’utilisation de produits d’origine naturelle. De ce point de vue, seul le label Nature et Progrès est garant d’un véritable vin bio dans la mesure où il implique d’avoir la certification AB, de faire les vendanges manuellement, d’utiliser de faibles taux de dioxyde de souffre et des levures de fermentation qualifiée « d’indigènes ».

Les labels biodynamie et biodyvin se rapprochent plus d’une vision spirituelle de l’agriculture que d’une véritable démarche productive à travers un cahier des charges résumé à travers la maxime « aucun ajout, aucun retrait, aucune modification ». La labélisation touche ici des bouteilles produites à partir de raisins eux même certifiés biodynamiques, mais encore une fois les restrictions relatives à la vinification sont assez faibles. Voir l’article complet sur la biodynamie ICI

Prenez garde aux vins que vous achetez… car les labels sont des voiles recouvrant un panel hétéroclite de vérités. Ainsi, ces derniers ne doivent pas représenter l’unique variable structurant vos stratégies d’achat.

L’accord diVIN – Formation rapide vin et accompagnement.  Site Web ICI

Reportage sur le vin

#formation vin #reconversion #création #vin #cave #caviste #bar à vin #Toulouse #paris #Lyon #Bordeaux #Strasbourg

Commentaires ( 0 )

    Laissez un commentaire

    Your email address will not be published. Required fields are marked *